Détruire l’école : une scandaleuse conception de « l’effort national »
Partager

Détruire l’école : une scandaleuse conception de « l’effort national »

Monsieur Bertsch, recteur de l’académie de Limoges, est décidé à servir sans sourciller la logique du pouvoir en place. Quelle logique ? Culpabiliser tout le monde en nous faisant croire que nous vivons au-dessus de nos moyens et que, par conséquent, il faut participer à « l’effort national »(1) et accepter la destruction de nos écoles.

« L’effort national » ce serait, selon le pouvoir en place, la mise à mort de l’Education Nationale que les  gouvernements successifs ont déjà pas mal détricotée.
« L’effort national », ce serait de tourner un peu plus le dos à notre jeunesse et à son avenir, pour préserver les revenus gigantesques de la finance mondiale.

Le Limousin devrait donc apporter sa contribution à « l’effort national » et accepter de fermer le lycée professionnel du Mas Jambost, très efficace, dont les formations sont des voies de réussite et débouchent sur les emplois dont notre économie a besoin.
Il devrait accepter de mettre dehors les jeunes en difficulté qui se reconstruisent à l’Etablissement Régional d’Enseignement Adapté  de Meymac en Corrèze.

Au nom de « l’effort national », le Limousin devrait contraindre ses enfants à faire toujours plus de kilomètres pour aller recevoir des enseignements toujours plus indigents  Il devrait accepter la désertification de ses territoires.
Et, cerise sur le gâteau, il devrait accepter une logique qui s’assoit sur les menaces environnementales et jette toujours plus de véhicules sur les routes.

En Limousin comme partout en France, « L’effort national », ce serait donc de tourner le dos à notre avenir.

Monsieur Denanot, président du conseil régional, a raison de protester auprès du ministre, de l’avertir que les logiques nationales ne doivent pas s’appliquer dans un territoire rural comme le nôtre(2).
Mais il doit aller plus loin : ces logiques mortifères ne doivent s’appliquer nulle part !
Nous devons rester solidaires des résistances qui montent un peu partout, ne pas accepter que les miettes que nous obtiendrons chez nous grâce au courageux combat entamé par les professeurs, les parents, les syndicats et tous les citoyens indignés, le soient au détriment d’autres régions de France.

Pour gagner définitivement, nous devons surtout mettre un terme aux menées de l’UMP qui  signeraient la fin des services publics au profit d’une société du plus fort, peu soucieuse de son peuple et de ses besoins. Nous devons dire définitivement non à une idéologie que d’aucuns appellent le néo-capitalisme ou le néo-libéralisme et qui, selon nous, est une grave régression vers l’âge des cavernes et la soumission à  celui qui a le plus de muscles, autrement dit, transposé de nos jours ,le plus d’argent.

Pour EELV Limousin, Marie Labat, secrétaire régionale adjointe

(1) source : le populaire du centre du 12 janvier 2012
(2) source : le populaire du centre du 12 janvier 2012

Une réflexion au sujet de “Détruire l’école : une scandaleuse conception de « l’effort national »

Les commentaires sont fermés.