Appel des écologistes limousins pour les municipales
Partager

Aux citoyennes et citoyens du Limousin qui ont compris que l’urgence écologique les concerne directement

Nous avons été des millions à signer des pétitions – comme L’Affaire du siècle – exhortant les gouvernants à prendre enfin les mesures qui s’imposent.

Nous avons été autant à marcher au fil des mois à Limoges et en Limousin, comme partout dans le monde, pour réclamer que l’urgence environnementale soit réellement prise en compte.

Nous avons voté par dizaines de millions aux dernières élections, de Lisbonne à Oslo, et nous étions trois millions en France pour que la lutte pour la survie de l’Humanité soit mise en priorité numéro 1 de l’Union européenne. C’est énorme, et pourtant cela ne suffira pas.

Nous ne pouvons compter sur les élus productivistes de tous bords, pour subitement changer leur logiciel mental et réparer ce qu’ils saccagent méthodiquement depuis plusieurs générations. Quand on a poussé le tout-bagnole dans les agglomérations, artificialisé les abords des villes pour y installer des grandes surfaces, vidé les commerces des centres-villes, créé des zones industrielles avec des ronds-points, des bretelles de bitume et des fast-foods, chassé les familles modestes vers la périphérie, privilégié le neuf, les chantiers inutiles et les travaux publics plutôt que la rénovation de l’ancien, la protection et l’accroissement des zones végétales et des continuités écologiques, il est trop tard. On ne change pas de conception du monde comme on change de chemise.

Les écologistes et toutes les personnes convaincues de l’urgence climatique n’ont plus le temps d’attendre l’évolution incertaine des vieux appareils politiques et de leurs élus, figés sur leurs modèles dépassés, sur l’illusion d’une course à la production engendrant la richesse et l’emploi, mais sans courage devant les changements nécessaires, sans vision des bouleversements qui se préparent et dont ils sont en grande partie responsables. Les écologistes n’ont plus le temps de les convaincre, ils doivent les remplacer.

Et si nous autres, écologistes nous impliquions dans les collectivités locales, mairies, communautés de communes, agglomérations ? Ne soyons plus ceux qui portent des banderoles et des pétitions, soyons ceux qui ont le pouvoir de décider et de faire pencher les exécutifs locaux vers les bons choix écologistes, et les plus urgents. Dans neuf mois, les élections municipales seront l’occasion de mener ici même en Limousin une politique écologique au quotidien, et de construire un avenir désirable autour de nos valeurs humanistes : réconcilier la nature et le vivant avec l’économie et le social.

La tâche est urgente et immense, et enthousiasmant le défi à relever avec son impact à la fois global et local : sur chaque territoire, il va falloir réduire par deux nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (c’est-à-dire dans quelques petites années) pour viser la neutralité carbone en 2050 afin de maintenir des conditions de vie globalement acceptables sur terre. Nos villes et nos bourgs doivent pouvoir aussi résister localement à la raréfaction inéluctable du pétrole et du gaz, à l’effondrement de la biodiversité et du vivant, aux ressources qui s’épuisent, aux baisses de rendement agricole, tout en prenant soin des populations socialement de plus en plus fragiles, et en accueillant un nombre croissant de réfugiés climatiques. Nous devons aussi anticiper les bouleversements sans précédent de notre vie quotidienne : canicules et sécheresses – très vulnérable, le Limousin n’a pas de nappes phréatiques -, nouvelles maladies opportunistes, ruptures d’approvisionnement de produits de base.

Un nouveau monde est à préparer dans les dix années qui viennent et c’est par nos territoires que cela va commencer.

Les écologistes peuvent et doivent répondre à ce défi, avec l’appui de toutes les bonnes volontés. Ils peuvent et doivent prouver qu’il est tout à fait possible d’allier volonté politique écologique ambitieuse et justice sociale. Par leur engagement au niveau local, des maires et conseillers municipaux écologistes, de bourgs ruraux ou de grandes villes, à Grande-Synthe, Grenoble, Schiltigheim, Murles, Loos-en-Gohelle ou Bègles ont montré la voie. Notre souhait est tout simplement que, dans chaque assemblée délibérante de notre région, la voix de l’écologie se fasse entendre avec force, et que cela se traduise en actions, dans Limoges et sa métropole, et dans toutes les villes du Limousin. Nous avons dix courtes années pour réussir ensemble, pour inventer des formes nouvelles d’exercice et de pratique du pouvoir local, pour élaborer notre projet et faire vivre cette participation citoyenne.

Si vous savez vous aussi que la survie de l’humanité et du vivant est en jeu, que le dogme de la croissance est une imposture, que l’épuisement des ressources naturelles est imminent, si vous voulez participer à cette aventure, nous aider à proposer un avenir vivable et désirable, d’où que vous veniez, quel que soit votre parcours, rejoignez-nous pour faire en sorte qu’ensemble, tout change !

Contact sur le site eelv.limousin.fr