IL PLEUT … enfin ! le bon moment pour prévoir les sécheresses futures
Partager

La pluie bienfaisante de ces dernières semaines ne nous fait pas oublier le manque d’eau gravissime de cet été. C’est le moment de réfléchir de façon plus sereine aux sécheresses futures.

Affirmons tout d’abord que l’eau est un bien commun à protéger, économiser, partager et gérer collectivement.

Halte aux fausses bonne solutions !

Nous reconnaissons les difficultés majeures que traversent les agriculteurs et agricultrices, difficultés exacerbées par cette période de forte sécheresse. Mais envisager de créer de nouvelles retenues d’eau, alors qu’il existe déjà 6000 étangs en Creuse, et continuer à drainer les zones humides est inadapté et inquiétant. Pourquoi ?

Les étangs sont déjà une forte atteinte à la continuité de l’eau et constituent plus un problème qu’une solution. En période de longue sécheresse, le stockage d’eau se révèle inefficace du fait des pertes d’eau par évaporation et de la perturbation du cycle de l’eau résultant de cette artificialisation des écosystèmes. Mais dans une situation de crise, comme celle que nous venons de traverser, et qui se reproduira, n’est-il pas possible d’utiliser d’abord ces retenues d’eau puisqu’elles existent, en veillant à ce qu’elles soient aux normes, au lieu d’en créer de nouvelles. Les étangs peuvent constituer des soutiens d’étiage pour les lieux de captage en rivière pour l’eau potable. Et pourquoi ne pas les équiper d’outil de pompage pour abreuver les animaux d’élevage et pour le maraîchage? Ceci bien sûr dans les limites nécessaires pour en assurer la pérennité.

Autre solution qui a fait grincer des dents tous ceux et celles qui apprécient à juste titre les qualités de la Gartempe : puiser dans cette rivière bien au delà du niveau d’étiage. Pour ne pas mettre en danger l’état biologique de la rivière, on devrait arrêter de pomper à un débit de 170 l . Or celui-ci était en août à 60 l. et les arrêtés de dérogation ont continué d’être pris. Dans la panique, les bonnes solutions ne sont pas faciles à trouver. Mais c’est une bonne raison pour les chercher avant cette situation d’urgence.

La Gartempe est en effet un cours d’eau préservé, pour lequel beaucoup d’argent public a été investi. Tout le cours d’eau , y compris le chevelu, est classé en zone Natura 2000, ce qui garantit une richesse en biodiversité et qualité de l’eau. Le plan saumon débuté en 1980 a fait ses preuves avec beaucoup d’efforts et d’argent. Il est anormal, voire scandaleux de mettre tout ceci en péril.

Pour toutes ces raisons, nous soutenons la démarche de schéma d’aménagement local de l’eau sur le bassin de la Creuse, afin de connaître la ressource et en assurer le partage entre tous, les continuités écologiques, la biodiversité au regard du changement climatique.

Réfléchir à une interconnexion des réseaux d’eau est aussi une piste à explorer pour mutualiser l’eau, à condition de ne pas organiser une pénurie générale en période climatique plus sévère, mais de mettre en place des outils de gestion collaboratifs des différentes collectivités pour assurer un partage équitable. Mais les vraies solutions de long terme résident avant tout dans la REDUCTION de la demande en eau et dans la restauration des milieux naturels : zones humides, haies, sols, forêts…

Récupérateurs de pluie, toilettes sèches, binage, paillage, nouvelles pratiques agricoles et au jardin sont déjà adoptées avec succès par certains.es. L’avenir ne se vivra pas sans remettre en cause la surconsommation, à laquelle nous sommes trop habitués.es et sans que chacun soit plus sobre dans l’intérêt de tous et toutes. Il n’y aura pas de solution au problème de l’eau et des sécheresses chroniques qui se profilent sans changement profond de notre façon de vivre et de consommer.

EELV Creuse